Logo du blog Matière Blanche
Vous êtes ici :
Ecrit le 05-01-2016 18:18

Physiologie

Les antioxydants dans les performances sportives

Les antioxydants dans les performances sportives

La prise d'antioxydants est-elle profitable aux performances sportives ?

Une nouvelle étude [1] vient d'apporter un nouvel éclairage sur l'impact des antioxydants dans la performance sportive. Les efforts fractionnés à haute intensité (HIIT) sont de plus en plus utilisés dans le monde sportif actuel. Ils ont l'avantage d'obtenir des résultats supérieurs et pour un temps plus court en comparaison d'un entraînement d'endurance plus classique et surtout plus long. Mais pourquoi cet entraînement plus court est-il plus efficace ?

L'étude démontre qu'il suffit de 3 minutes d'un exercice à intensité élevée pour décomposer les canaux de calcium dans les cellules musculaires entraînant un phénomène adaptatif de création de nouvelles mitochondries qui produisent l'énergie des cellules. De facto, plus de mitochondries engendrent de meilleures capacités d'endurance pour les muscles.

Les radicaux libres oxygénés (RLO) en augmentation durant l'exercice physique seraient responsables de la décomposition des canaux de calcium. Pendant l'entraînement, la production supplémentaire de RLO s'accroît et ceux-ci deviennet plus réactifs et génèrent des oxydations des protéines de la cellule. Celle-ci réagit en neutralisant les RLO avec son propre système antioxydatif. Mais avant cela la présence accrue de RLO génère un stress oxydatif qui fragmente le récepteur à ryanodine, une protéine qui a comme fonction de transporter le calcium dans la cellule musuclaire. Ce canal de circulation du calcium n'est en principe ouvert que durant l'effort et permettant la contraction musculaire. Dans le HIIT, le canal reste ouvert après l'entraînement. Même après 24h, on constate encore des fuites de calcium qui vont continuer à engendrer de nouvelles mitochondries.

On constate qu'il n'y a aucune fuite de calcium lorsque l'on ajoute une prise d'antioxydants avant et après l'entraînement. Ceci pourrait expliquer la prise d'antioxydants pourrait avoir un effet contraire et affaiblir la fonction musculaire.

Beaucoup de sportifs ne réalisent pas que l'équilibre antioxydants et pro-oxydants est vraiment délicat. On sait aujourd'hui que les muscles ont une influence directe sur le flux sanguin et qu'ils contrôlent les effets, les dosages et les différents types d'antioxydants.

Les études montrent les effets bénéfiques des antioxydants à freiner le vieillissement. Pour autant, certains oxydants de l'organisme, comme le péroxyde d'hydrogène, sont utiles pour augmenterle flux sanguin. En surchargeant l'organisme en antioxydants, on peut éliminer le péroxyde d'hydrogène, par exemple, et du même coup limiter le corps à délivrer de l'oxygène aux muscles.

Mais qu'en est-il des exercices de force ?

Une étude de 2014 [2] avait montrée les effets d'une prise d'antioxydants dans les exercices de force. Un groupe sujet a été supplémenté en vit. C en pré et post training et comparé à un autre groupe qui n'avait aucune supplémentation. A l'issu de l'entraînementn de 10 semaines, la prise d'antioxydant n'avait aucun impact sur l'hypertrophie engendrée. Les deux groupes avaient obtenus les mêmes gains. Par contre, la force du groupe prenant des antioxydants ne s'était pas améliorée à la différence du groupe sans antioxydant. Apparemment, les chercheurs émettent l'hypothèse que les antioxydants auraient un impact négatif sur la synthèse protéique et agiraient comme un court-circuitage dans le processus de régénération musculaire. En gros, les RLO agiraient comme des messagers essentiels informant les cellules de libérer les protéines et autres substances impliquées dans la réparation musculaire.

En conclusion, il est primordial de se poser la question d'une éventuelle supplémentation n'en déplaise aux industrie des compléments sportifs !

N'hésitez-pas à commenter. Merci pour votre lecture !

Auteur : Cyrille Cuny

Bibliographie
[1] Proc Natl Acad Sci U S A. 2015 Dec 15;112(50):15492-7. doi: 10.1073/pnas.1507176112. Epub 2015 Nov 2. Ryanodine receptor fragmentation and sarcoplasmic reticulum Ca2+ leak after one session of high-intensity interval exercise. Place N, Ivarsson N, Venckunas T, Neyroud D, Brazaitis M, Cheng AJ, Ochala J, Kamandulis S, Girard S, Volungevičius G, Paužas H, Mekideche A, Kayser B, Martinez-Redondo V, Ruas JL, Bruton J, Truffert A, Lanner JT, Skurvydas A, Westerblad H
[2] J Physiol. 2014 Dec 15;592(Pt 24):5391-408. doi: 10.1113/jphysiol.2014.279950. Epub 2014 Nov 10. Vitamin C and E supplementation alters protein signalling after a strength training session, but not muscle growth during 10 weeks of training. Paulsen G, Hamarsland H, Cumming KT, Johansen RE, Hulmi JJ, Børsheim E, Wiig H, Garthe I, Raastad T.

Toutes les informations fournies dans cet article le sont à titre informatives. Elles ne sont pas destinées à se substituer à un avis médical professionnel, à un diagnostic ou à un quelconque traitement. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce thème, parlez-en avant tout à votre médecin.


Partagez cet article sur vos réseaux sociaux


Laissez un commentaire

(celui-ci sera validé par notre administrateur avant d'apparaître dans la liste ci-dessus)
La saisie d'une identification est obligatoire et doit être une chaîne de caractères.
Commentaire
Afin d'éviter les abus, veuillez recopier le code ci-dessous dans le cadre "Recopier le captcha" avant de valider le formulaire :
Réinitialiser le code Vous devez recopier le contenu de l'image à gauche.
 


Matiereblanche.fr

"Il y a deux façons de se tromper.
L'une consiste à croire ce qui n'est pas vrai.
L'autre consiste à refuser de croire ce qui est vrai."

Soren Kierkegaard

Articles à venir !


  •   L'importance de l'alimentation sur les performances mentales
  •   Le stress oxydatif et les dégâts sur l'organisme
  •   Les H.A.P. - Les hydrocarbures aromatiques polycycliques
© 2014 Matière blanche. Tous droits réservés.